[Focus] - Les agriculteurs indiens de nouveau en lutte

Rédigé le 22/08/2022
Nola Bettini


New Dehli est de nouveau le cadre de manifestations de fermiers indiens, quelques mois après l'accalmie d'un mouvement de protestation qui avait duré plus d'un an.



En 2022-2021 en effet, de nombreuses contestations avaient secoué le pays. Objet du courroux :  trois lois agricoles adoptées par le Parlement indien en septembre 2020. 



De nombreux syndicats avaient prévenu que ces lois supprimeront les prix réglementés des intermédiaires, laissant les paysans à la « merci des entreprises ». 



Le gouvernement soutenait qu'elles leur permettront de vendre leurs produits directement à des entreprises à des prix librement fixés. Les manifestations ont pris fin à la mi-novembre 2021, avec le retrait par le gouvernement des lois controversées.



Cet été, les syndicats agricoles ont demandé à parler de leurs revendications, et que des décisions concrètes soient prises. 



Suite au retrait des lois, ils demandent une garantie légale pour le prix minimum de soutien et le licenciement du Ministre d'État aux Affaires intérieures de l'Inde Ajay Teni en raison du lien de son fils avec les violences causées lors des manifestations de Lakhimpur Kheri (4 morts et 10 blessés) entres autres. 



Le chef des agriculteurs, Baldev Singh Sirsa, a déclaré : « Nos demandes ne sont satisfaites que lorsque nous manifestons. Pourquoi ? Alors si le gouvernement ne répond pas aux demandes, les protestations s’intensifieront. »



©Epa/Maxppp