1 / 1

©Billel Bensalem / APP/MAXPPP - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika (à gauche) et le vice-ministre de la Défense nationale et chef d'état-major de l'armée nationale populaire (ANP), Ahmed Gaid Salah (à droite), assistent à un événement à Alger, le 27 juin 2012 (publié le 26 mars 2019). Selon des informations médiatiques algériennes officielles, Salah a déclaré le 26 mars que la mise en œuvre de l'article 102 de la Constitution devrait mettre fin à la crise politique actuelle dans le comté, ce qui permet au Conseil constitutionnel de déclarer vacant le poste de président si le dirigeant est inapte à gouverner. Les manifestations se poursuivent en Algérie malgré l'annonce par le président algérien, le 11 mars, qu'il ne se présentera pas pour un cinquième mandat présidentiel et le report de l'élection présidentielle, prévu le 18 avril 2019, jusqu'à nouvel ordre.