[RETROmédia] - Le Procès Landru : une affaire criminelle qui passionne la France depuis 100 ans

Rédigé le 17/11/2020


Henri-Désiré Landru n'en était pas à sa première condamnation, pendant près de 14 ans
 
il fut escroc de profession il avait déjà essuyé les bancs des prisons et changé plusieurs fois d'identité
 
De 1915 à 1919 c'est pas moins de 11 femmes, souvent seules, qui disparaissent, toutes avaient une relation commune
 
Un certain monsieur Fremyet..
 
Le procureur de la République de Mantes ouvre le 10 avril 1919 une information contre X… pour assassinat
 
Fremyet/Landru est arrêté le 12 avril 1919, "l'homme aux cent noms, soupçonné d'avoir assassiné plusieurs femmes"
 
L'homme est accusé d'avoir assassiné 11 femmes pour leur voler leurs richesses
 
Il utilisait le système des petites annonces pour les séduire avant de les conduire dans sa demeure en campagne
 
Son arrestation fait la une de toute la presse à cette époque, le public se passionne pour cette affaire 
 
Sa défense est basée sur le fait qu'on ne peut lui reprocher le meurtre de femmes dont les corps n'ont pas été retrouvés
 
Le procès s'ouvre le 7 novembre 1921 devant la Cour d'assises de Seine-et-Oise à Versailles
 
L'accusé est défendu par Maître Vincent de Moro Giafferi, l'un des plus talentueux avocats du 20e siècle
 
Lors de l'audience Landru déclare ne pas être un assassin, un escroc oui mais pas un meurtrier
 
A chaque passage, les témoins accablent l'accusé et les pièces à conviction ne laissent aucune chance
 
Lors des perquisitions dans ses villas des objets appartenant aux femmes disparues ont été retrouvés
 
mais aussi des restes d'ossement humains, des cendres réparties à divers endroits (garage, cuisinière)
 
également son carnet noir qu'il a voulu détruire lors de son arrestation dans lequel il raconte ses rencontres
 
Un carnet codé qui met en lumière la vie de séducteur de Landru qui l'aurait mené à être en lien avec 283 femmes
 
Malgré une plaidoirie intense et époustoufflante de Maître Moro Giafferi
 
Henri-Désiré Landru est condamné à mort le 30 novembre 1921, il est guillotiné à 6h05 le 25 février 1922
 
Le président de la République Alexandre Millerand rejette sa demande de grâce

 Crédits photos 📸   Bibliothèque Nationale de France / Maxppp

➡ ABONNEZ-VOUS à notre chaîne Youtube pour la news multimédia