[Multimedia] Covid-19 : une année de pandémie avec des images sidérantes, incroyables, insolites

Rédigé le 01/03/2021

Avec la pandémie de covid-19, le monde a vécu beaucoup d'événements différents depuis une année. Certains hors normes, certains dystopiques ou insolites... le coronavirus a changé nos vies et notre quotidien à une vitesse incroyable.



©Photopqr/L'Alsace/Darek Szuster ; Mulhouse ; 16/04/2020 ; La statue du Schweissdissi symbole de Mulhouse porte un masque tricolore lors de l'épidémie du Coronavirus




Le 17 mars 2020 à midi, la France a mis en place le premier confinement renvoyant les écolier à la maison et la majorité des salariés en télétravail ou au chômage.
Certains ont découvert que leurs métiers étaient étiquetés « non essentiels » à la société, tandis que d'autres étaient vitaux.
Des rituels se sont mis en place comme l’applaudissement des personnels soignants, tous les soirs à 20h.
Tandis que Wuhan a construit un hôpital de 1 000 places, dès février 2020, la France déploiera un hôpital de campagne en mars à Mulhouse. L'opération « résilience » se met en place avec les transferts de patients des services de réanimation saturés : on déplace des malades en Allemagne et à travers tout l'Hexagone avec des avions, des autocars et des TGV sanitaires.
Chaque jour, les Français découvrent des informations surprenantes, l'actualité ne tourne qu'autour du coronavirus.
Certains showmen se lancent dans des animations au balcon : concerts, quizz. Les lives sur facebook ou instagram garantissent un public à des musiciens ou des humoristes.
L'écran devient un lieu de rendez vous pour des réunions de familles et beaucoup d'apéros.

Les immeubles organisent des séances de sport collectif.

Les villes sont désertées comme jamais. Les indicateurs montrent combien l'environnement y gagne.

Les Français maintenus chez eux, sous réserve d'amende, sont même pourchassés par un drone sur la Promenade des Anglais, interdite.
La vie s'organise autour des besoins primaires : les courses, ce qui occasionnent des files d'attente aux supermarchés, où le papier toilette devient - à la surprise générale – un best seller.
Paris est prise d'assaut par les joggers, heureux de pouvoir s'aérer tandis que les murs de leurs appartements les compressent.
L'économie tourne autour de la pandémie : produire des blouses de protection pour les soignants, du gel hydroalcoolique et des masques, qui ressemblent à un produit de contrebande. Ainsi une cargaison de masques made in China est détournée par les Américains, qui rachètent cash et bien plus cher.
L'urgence est de se protéger, avec des masques, des vitres de plexiglas ou du film étirable.
Parce qu'ils n'ont pas le choix ou parce qu'ils veulent faire sourire malgré l'épidémie, des déguisements insolites sont de sortie.
Des initiatives loufoques voient également le jour : des drive loto, messe, et carnaval !

Le 11 mai 2020, commence la première phase du déconfinement.
Tout ce qui peut être désinfecté l'est... les billets, le sable de la plage.
Le masque devient une fourniture scolaire pour les collégiens, et peu après pour tous les écoliers de plus de 6 ans.
Des étudiants prennent des cours à distance. En Italie, ils prennent d'assaut les universités pour des cours en plein air, garantissant une distanciation physique.
Les jeunes se sentent génération sacrifiée. La santé mentale de tous se dégrade.

A leur fermeture, les restaurants n'accueillent plus que des nounours en peluche...
Et les tribunes des stades sont remplies avec des photos, ou des poupées gonflables.
Les masques deviennent accessoire de mode pour les people, notamment lors du festival de Cannes 2021.
Des photographies peuvent remplacer les invités lors de mariages qui ne sont pas annulés...

Les politiques reprennent des galons en posant avec les cargaisons de masques, de vaccins ou en se faisant piquer...

C'est un monde sidérant, surprenant, insolite, loufoque, déprimant ou révoltant, dont certains dénoncent les privations de liberté, mais qui est devenu le nouveau monde sous covid-19 depuis un an.